Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Trente ans, à peine, une gueule d’ange, une plume tombée de ses ailes…

      

Tom Rob Smith est anglais, jeune –né en 1979- et beau. Et bourré de talent. Et couvert de récompenses pour son premier roman. De quoi le rendre définitivemenenfant 44t antipathique…

Le roman est tout à la fois fort, intelligent, sensible, bourré de suspens. Il a un défaut : sa fin, destiné à ménager une suite… Ah ces éditeurs… Mais on ne va pas chipoter sur la faiblesse des cinq dernières pages alors qu’il n’y a rien à retrancher aux 395 qui ont précédé…

Le contexte historique du roman est capital (avec un k…). 1953, Staline fait peser tout l’acier de l’Ukraine sur l’âme de chacun des citoyens de l’URSS. Les ravages intimes du totalitarisme sont magnifiquement exploités par Smith. La peur, permanente, le danger, partout, aucune échappatoire ? Et le pire, peut-être, la capacité, pour certains à continuer à y croire.

Le héros, Léo, est revenu de la guerre tout auréolé de gloire. Il est donc recruté naturellement dans le MGB, corps destiné à protéger la patrie et le système de toute déviance, de toute attaque. Il œuvre avec force et conviction, jusqu’au moment où, épuration après arrestation, il sent son enthousiasme faiblir.

Entré en disgrâce, ne devant sa survie qu’à la mort de Staline et au désordre qui s’en suit, en butte à la haine d’un ancien subordonné, cherchant en même temps à conquérir l’amour de Raïssa, son épouse, Léo se lance à la poursuite d’un assassin éventreur d’enfants que le système a choisi d’ignorer. Car la société parfaite née du communisme ne peut pas engendrer un tel monstre. Prétendre le contraire, c’est déjà de la déviance.

Cette traque va faire de Raïssa et Léo des ennemis du Peuple.

Le froid, la peur, la suspicion généralisée ne sont pas les seuls obstacles qu’ils doivent surmonter. Il y a aussi leurs propres démons, et leur passé qu’ils finissent pas s’avouer.

Le roman, très fort, est servi par une impeccable construction. Il est fort bien traduit de l’anglais par France Camus-Pichon.

2008 Simon & Shuster UK Ltd, Londres, 2009 Belfond,

399 p, 22 €        

 

Pour écouter Tom Rob Smith parler de son roman, et en lire un extrait, in english of course…



Tag(s) : #critiques

Partager cet article

Repost 0