Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Amis lecteurs, merci d'avoir patiemment attendu que je revienne à mon blog. Promis, je ne vous ferai plus languir aussi longtemps. La période l'a voulu, quand je nel'aurais pas voulu.

Retour donc aux lectures qui, elles, n'ont jamais cessé.

 

Rien qu’une belle perdue

Éric Fouassier

Pascal Galode Éditeurs

 

 

« Et tandis qu’alentour la ville s’assoupit, mes lèvres leur quémandent dans le noir un impossible pardon. »

Pour changer, ou par pur esprit de contradiction, allez savoir, je me suis intéressée ici à la dernière phrase de la dernière page. En ai-je entendu sur la premieère…Voici donc, pour changer, les derniers mots… Ils sont particulièrement révélateurs, il faut le dire, de l’atmosphère crépusculaire mise en scène par Éric Fouassier.

N’est-ce pas ce qui reste quand on a fermé un livre ? Parfois à regret, parfois avec déception, mais aussi, de temps à autre, avec la curiosité de ce qui aurait pu venir ensuite.

morts-thematiques.jpgCette dernière phrase peut paraitre relativement définitive, toutefois rien ne dit que Gaspard Cloux, le héros de Éric Fouassier, sorte déjà de nos écrans radars.

Le commandant Cloux est apparu en 2010 dans « Morts Thématiques », incarnant un flic, veuf inconsolable, incapable de s’occuper de sa petite fille, noyé qu’il était dans son spleen. Il affrontait un cinglé qui signait ses meurtres d’énigmes mathématiques.

Ici,  Gaspard Cloux a repris du poil de la bête. Sa petite a réintégré le domicile familial, la vie reprend ses droits. Aussi, quand se pointe un amour de jeunesse, il va se laisser tirer du côté de la vie… croit-il.

Dans le même temps, il est amené à enquêter sur le meurtre d’un musicien inconnu, carbonisé dans une voiture, tandis qu’une malheureuse actrice de porno est retrouvée morte après ce qui ressemble à une séance de torture lente et méthodique.

ericfouassier.jpgDans ce roman, il pleut sans cesse. La mélancolie a tendance à s’accrocher à ce flic doué pour les belleperdue.jpgmauvais choix et qui a du mal à voir la vie en rose.

Éric Fouassier nous promet donc un troisième tome mettant de nouveau Cloux en scène, mais pas pour tout de suite. Rendez-vous est pris.

Le jazz, la lumière et une histoire bien ficelée : Fouassier cumule les ingrédients qui donnent envie de suivre ce héros récurrent et attachant dans ses aventures à venir.

 

357 pages 19,9 €

 

Tag(s) : #critiques

Partager cet article

Repost 0