Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le Baiser de l’Ombre, Paul Colize, éditions Krakoen, 318 pages, 17 €

 lebaiser_ombre.jpg

Dans le « Baiser de l’ombre » le héros, Antoine Lagarde est un quadra irritant : un type à qui tout réussit… c’est ce qu’il croit. La suite de ses péripéties va lui démonter qu’on peut être un cadre sup-sup, s’autorisant à facturer très chers les services de sa société, on n’est à l’abri ni des méchants, ni des flics plus ou moins compétents, et surtout très peu confiants, ni d’un coup de cœur impromptu…

Or donc, pourquoi la toile sans intérêt de son (ex) beau-père déclenche-t-elle tant de haine, au point de causer la mort  ? Recouvre-t-elle ou pas un Klimt mythique, disparu dans les tourmentes de la guerre ? Lagarde va courir de France en Allemagne, passer par la Suisse, revenir en France pour rencontrer spécialistes et collectionneurs, pour s’innocenter aussi. Il va lui falloir, avant d'y arriver, échapper aux accidents de voiture, au canardage, aux passages à tabac, aux filatures et à la trahison… Dur, dur… Mais alors ce Klimt ??

 

Paul Colize réussit l’exploit de nous rendre moins bêtes qu’on était avant la lecture de son roman, sans jamais nous donner de leçon. Et pourtant, grâce aux zigzags qu’il s’autorise dans le temps de l’action, on apprend quantité de merveilles sur l’histoire de la peinture au siècle précédent, ce qui en a fait la moelle, l’histoire de ces hommes qui ont peint et des femmes qu’ils ont aimées. Superbe. Et en même temps, on tremble pour son maladroit de héros qui se prend pour un Arsène Lupin des temps modernes mais aurait bien du mal à traverser sans une femme pour lui donner la main… Alors, pensez si sauter par la fenêtre lui réussit…

Construction savante, érudition bétonnée, tout ça, l’air de ne pas y toucher. Colize mérite bien son surnom de Mr Mine de Rien…


Du plaisir, rien que du plaisir…  à commander, comme tous les krakoen, chez votre libraire. Lui, si c'est un vrai libraire, un bon libraire, celui qui mérite votre fidélité  ne vous fera pas le coup du roman "épuisé" sans avoir passé commande... 

Tag(s) : #critiques

Partager cet article

Repost 0