Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

dark-horse.jpgDark Horse
Craig Johnson
Gallmeister 2013


Quel bonheur, pour les amateurs de beaux personnages, d’intrigues semées de pointillés poétiques sur la nature, de retrouver le sheriff Longmire en compagnie de Henry « Standing Bear » et suivi par  «le chien ».
Notre sheriff préféré travaille cette fois sous couverture. Toute relative, puisqu’il est seulement passé dans le comté voisin, et qu’il a bien du mal à perdre ses habitudes de représentant de la loi, tout déguisé qu’il soit en enquêteur pour les assurances. C’est que trois millions de dollars, ce n’est pas rien… Un ranch magnifique a entièrement brûlé, les chevaux dans les écuries ainsi que le propriétaire des lieux ayant fini en barbecue répugnant. Mais Longmire, intuition policière ou intuition masculine ? ne croit pas à la culpabilité de la ravissante épouse du rancher, cavalière émérite, insomniaque bourrée de tranquillisant.
Voilà qui va occuper l’esprit de Walt, chamboulé par le départ de sa fille Caddy retournée à Philadelphie.

L’écriture de Craig Johnson est toujours aussi faussement simple. Les ruptures légères de continuité vous bousculent les neurones. En effet, jamais Longmire ne lâche toutes ses infos, et ses relations avec son ami indien Henry restent du domaine de l’infra-communication perturbée par les morts qui s’en mêlent…
Dark Horse, ce sont les montagnes, l’amour de la nature, le respect du règne animal, d’un équilibre fragile, bousculé par les prospecteurs de gaz et de pétrole qui mettent le Wyoming  en danger de perdre son âme sauvage, âme si bien défendue par Craig Johnson.
Dark horse, ce n’est pas seulement le mythique cheval noir –ah ! la scène de chevauchée-, ce n’est pas seulement « l’outsider » (en bon français) c’est cet esprit libre qui refuse l’enfermement.

A noter, simultanément à la sortie de « Dark Horse », et pour ceux qui ne l’auraient pas encore découvert, la parution en format poche de « L’Indien Blanc »ou Longmire exerçait sa sagacité à Philadelphie, trainant à sa suite Henry Standing Bear, un peu étranger  dans la grande ville.

Tag(s) : #critiques

Partager cet article

Repost 0