Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

« Out »
Natsuo Kirino
Traduit du japonais par Ryôji Nakamura et René de Ceccaty
Points Thriller  2006
 
out.jpgQuatre femmes. On n’ira pas jusqu’à dire quatre amies, mais en tout cas, quatre collègues, s’entraidant pour rendre plus supportables leurs taches sur une chaine de fabrication de paniers repas.
Le travail de nuit, jugé déclassant pour une femme, a été choisi par ces quatre là. Yayoi a les enfants à élever, Yoshié est affublée d’une belle mère acariâtre et impotente, Kuniko est couverte de dettes, Masako échappe par ces horaires à la vie d’un foyer étouffant.
La première apprend un jour que son mari, épris d’une entraineuse, a joué et perdu toutes les économies familiales au mah-jong. Un mot de trop, une ceinture à la main, un homme à demi-ivre vautré au sol : voici notre mère de famille transformée en meurtrière.
Mais que faire de ce mari étendu, sans vie, au sol ? Avant d’appeler la police, paniquée, Yayoi  appelle Masako, sa collègue, son soutien dans l’adversité.
Un corps d’homme, c’est grand, c’est encombrant. Masako accepte de s’en charger. Un seul moyen de réduire le problème : dépecer, répartir dans des petits sacs, se débarrasser ainsi du volumineux défunt. Et, un peu d’aide des amies, c’est mieux.
 
Natsuo Kirino nous raconte un Japon où la place des femmes se limite à servir les hommes, où les mères sont les esclaves de leur famille, où le statut social étouffe toute spontanéité.
La plus grande violence n’est pas dans celle infligée à un poivrot violent… puis à d’autres au fil des pages, mais bien dans les rapports sociaux, dans la misère du travail sous qualifié, dans la recherche permanente de quelques centaines de yen supplémentaires
 
Des vies grises, éteintes, des âmes sans lumière, juste un quotidien harassant. L’enchainement de circonstances pourrait  paraitre improbable. Il est obligé, car ce geste irréfléchi du départ, né d’une trop grnatsuo-kirino-1.jpgande frustration, est le grain de sable qui grippe cette machine à broyer les espoirs.
Les personnages sont forts, les dialogues brutaux, la montée en force de la fatalité est puissamment charpentée dans un destin dont on se demande ce qu’il peut bien recéler de plus misérable encore.  Natsuo Kirino nous plonge sans complaisance dans un univers très noir et très violent.
« Out » a remporté au Japon le grand prix du roman policier, rencontrant un très vif succès.  C’est pourtant un miroir sans concession que Natsuo Kirino tend à son pays dont elle décrit en particulier l’âpreté des relations entre hommes et femmes.
 
8€50  655 pages 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Tag(s) : #critiques

Partager cet article

Repost 0