Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

lache-pas-mainNe lâche pas ma main
Michel Bussi
Presses de la Cité 2013

« Ne lâche pas ma main », c’est la prière d’une petite fille à son père, alors qu’elle est suspendue au-dessus d’un gouffre.
Pauvre petite fille. Dur, du haut de ses six ans, de déterminer s’il est vrai que papa a tué maman, et pourquoi ils doivent, tous les deux, se cacher sous les filaos et les fougères géantes alors que les hélicoptères de la gendarmerie tournent à leur recherche dans le ciel de l’île de La Réunion.
Mais je vous raconte tout de travers, emportée par le titre. La petite fille, Josapha, blonde et un peu capricieuse, est en vacances avec sa jolie maman : Liane, et son papa, Martial, un peu lointain, comme alourdi par un lointain souvenir. Piscine et lagon, soleil, hôtel… ne sont que l’antichambre d’un cauchemar qui commence pour ces trois-là…
A rebours de  « Un avion sans elle » le précédent roman de Bussi, qui commençait en pleine tempête de neige, nous voilà à La Réunion, île de tous les métissages. Ile de passions, parfois mortelles, ile où les souvenirs ont la vie longue. Ile de soleil, qui va cogner impitoyablement pendant tout le roman.
Avec un talent consommé pour la mise en scène, Bussi joue avec son lecteur, le laissant cruellement en panne à chaque fin de chapitre. Avec un art aigu du suspens, il nous entraine à sa suite dans les errements d’une jeune capitaine qu’on n’écoute guère. Ilienne, femme, d’origine arabe, elle a bien du mal à se faire entendre par la hiérarchie gendarmesque. Il faut dire qu’elle n’est guère aidée par son adjoint qui, entre deux bouffées de « zamal », l’herbe locale qui fait rire,  ne rêve que de l’abondant fessier noir de sa maitresse. Celle-ci, non sans dérision, est décrite comme une infaillible lectrice de polar, devinant toujours tout, même quand le dernier chapitre manque à ses vieux bouquins d’occase.
Bussi est en train de se hisser tranquillement, sans surenchère gore, sans esbroufe, sur les plus hautes marches du roman policier de distraction intelligente, celle qui fait fourmiller l’esprit à la recherche de la solution. Mais en homme de talent, il s’arrange avec une apparente facilité pour repousser à chaque fois la vérité hors de portée.

Elégant !



Tag(s) : #critiques

Partager cet article

Repost 0