Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

A recommander aux victimes de Madoff et autre Pronzi

Très Chers Escrocs
Michel Embarek
L’Ecailler, documents, 2013

Michel Embarek a longtemps été journaliste. Il dédie son livre à « Tous ceux qui m’en ont racontés des vertes, des pas mûres, et surtout des très pourries ».
« Des sympathiques voyous… vendeurs illégaux de rêves… réactifs, imaginatifs, à l’écoute de leur temps… ». On sent bien que Michel Embarek éprouve une certaine tendresse pour ces voleurs sans violence, ces malins qui exploitent la bêtise et la cupidité de leurs contemporains prêts à n’importe quoi pour gagner un peu (de préférence, beaucoup) d’argent facile. Et d’ailleurs, les bancs des parties civiles sont souvent peu garnis lorsque les affaires d’escroqueries sont jugées. Les victimes n’ont en général guère envie de réclamer des sommes certes perdues, mais dont les origines elles-mêmes sont parfois douteuses. Dans tous les cas, plus l’astuce est grosse, mieux on a marché, moins on a envie de se révéler dans sa crédulité et son avidité. Quant aux rares gagnants de ces jeux de dupes, ils n’ont pas envie que le fisc vienne leur réclamer sa part.
L’auteur varie les points de vue narratifs : une fois c’est le gendarme bien ennuyé par ses découvertes, parfois c’est un narrateur caustique s’amusant à relever les travers des bourgeois embobinés par un flambeur faux producteur de cinéma.
Embarek met dans ces sept histoires d’escrocs la même verve, le même sens des dialogues et de l’observation de ses contemporains que l’on trouve dans ses romans. Sept vraies affaires, déjà jugées, modifiées à la marge pour respecter ceux qui ont payé leurs dettes à la société (même s’ils ont probablement déjà récidivé).

« Documents » ? Ces histoires, la plupart d’entre nous ont la grande chance de ne les connaitre qu’au travers de cette fiction - réalité. Quant aux autres, tant pis pour eux. Si leurs mésaventures étaient finalement méritées, que ce soit du fait de leur bêtise ou de leur amour du fric facile, ils pourront se consoler en lisant ce livre. Il y a surement plus bêtes qu’eux dans cette hilarante, désolante, exaspérante mais touchante galerie de portraits comptant peu d’innocents que ce soit chez les victimes ou les escrocs.

A recommander aux victimes de Madoff et autre Pronzi… voire à Madoff lui-même dans sa prison…

NB : lecture numérique
Tag(s) : #critiques

Partager cet article

Repost 0