Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

L’Enfer de Church Street
Jake
Hinkson traduit par Sophie Aslanides
Gallmeister 2016

Sortie poche d’un roman broché publié en 2016, croulant en son temps sous les louanges et doté du Prix Mystère de la Critique de la même année.
Or donc, pourquoi vous en parler ? C’est qu’alors, débordée par les lectures, je n’avais pas pris le temps de le lire. Ô erreur funeste ! que dis-je, erreur ? Non, pire, faute !
Certes, la rentrée littéraire déboule avec son avalanche annuelle. Mais est-on obligé de suivre, moutonnièrement, le torrent des nouveautés ?
Vous aimez le cynisme, l’humour noir, le petit poil à gratter de méchanceté qui donne toute sa saveur à un récit ? Alors, prenez le temps de vous fournir (pour 8 € pourquoi se le refuser ?) et de déguster l’Enfer
Un mot sur l’intrigue : braquer un obèse dans une station service pour lui piquer son cash pourrait paraitre de tout repos. Mais, au-delà de son apparence inoffensive de baleine échouée, le sang froid de la victime devant le canon du pistolet a de quoi alarmer l’agresseur qui se voit proposer un marché bizarre… 3 000 dollars en échange d’une compagnie de quelques heures. Mission facile ? À voir… Le récit d’une longue suite de méfaits va glacer l’échine du braqueur et lui faire mesurer son amateurisme. Que va-t-il advenir de ce road trip ?

Un vieux fond d’anticléricalisme ? Arrosez-le sans vergogne à la verve de Jake Hinkson, et donnez vous bonne conscience en essayant de vous persuader que l’hypocrisie n’a pas traversé l’océan…
Réjouissant, méchant, noir…et bien traduit.
Un petit bonbon pour débuter l’automne.

 

Tag(s) : #critiques

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :