Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le Pic à Glace
Philippe Candeloro

éditions l’Archipel 2016

La couverture révèle en tout petit, sous le lettrage agressif « Candeloro » : avec Serge Filippini.
Comme mon envie de méchanceté ne m’a pas encore complètement abandonnée, je ne pouvais laisser passer ce monument de littérature sans en dire un mot.
Tout le monde, même moi qui ne sais pas faire fonctionner une télé, connaît Philippe Candeloro. Il est toutefois plus fameux dans le rôle de D’Artagnan, virevoltant un feutre emplumé à bout de bras, que la plume à la main. Un visionnage de quelques unes de ses saillies spirituelles lors d’émission télé est juste à tomber par terre. Ou à se gondoler de rire, ou à pleurer de tristesse ? Le genre de moment où on se sent si terriblement gêné pour quelqu’un qu’on préfère détourner le regard. Bref, superbe athlète, dont le sens artistique est indéniable mais ce n’est pas un intellectuel. On en saurait lui reprocher, n’est-on pas toujours le con de quelqu’un ? Mais pourquoi se livrer à cette parodie d’écriture ? Pourquoi ? Parce qu’un polar c’est facile à écrire ? Eh, non : c’est tout le contraire. Ce doit être un vrai roman avec des vrais personnages, dans lequel les bons dialogues sont essentiels et où les contraintes techniques sont importantes.
Serge Filippini, connu pour des romans souvent historiques, avec quelques jolies productions érotiques, s’est égaré dans la rédaction de deux cent quatre-vingt-dix pages sans saveur, rédigées sans relecture et il faut le dire, pas même correctement corrigées. Alors s’il est un livre dont vous pouvez vous passer, c’est bien celui-ci.
Cela s’appelle un allumage en règle. J’en suis un peu navrée, mais franchement, ça frôle la mauvaise action.
Il y a des coups éditoriaux dont il vaudrait  s'abstenir.

Tag(s) : #accueil

Partager cet article

Repost 0