Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Vengeance Frisonne    
Klaus-Peter Wolf
traduit par Didier Debord
Black Piranha 2016

Ne faites pas semblant. Pas plus que moi lorsque j’ai ouvert les pages de ce roman, vous ne sauriez placer la Frise Orientale sur une carte. Une vague idée peut-être, mais pas de précision. À lire Wolf, on comprend qu’il s’agit d’une contée lointaine et septentrionale. Et si l’on fait une petite recherche wikichose ou googletruc, on a la confirmation. C’est très au Nord. Et cela se sent.
Dans ces contrées reculées, comme dans les polars scandinaves en vogue, un élément est remarquable. Les policiers sont modestes. Ce sont des gens. Pas des robocops. Pas des psychos. Pas des fonctionnaires manifestant armés et encagoulés. Des gens. Qui aiment la pâtisserie.  Qui se marient et divorcent (dans cet ordre ou l’inverse), qui ont des enfants, des soucis, qui parlent à leur voiture, qui se mettent en chaussettes en rentrant chez eux.
Et moi, je  trouve cela infiniment reposant. Humain. Bonhomme et rassurant.
Ce qui n’empêche les serials – psychos – et autres tarés. Et donc, il faut lutter contre ces déviants, et donc, il faut une police. CQFD.
Ici, deux collègues qui s’unissent sont amenés à repousser leur voyage de noces ; un taré a découpé quelqu’un en morceaux dont il a agrémenté le feu de joie de Pâques. Forcément, c’est un tordu et en lecteur aguerri de polar, on sait dès le début qu’il y aura d’autres victimes.
C’est la première traduction en France de cet auteur allemand. L’intrigue se déroule à un rythme nordique, c’est à dire paisible, mais sans trou et sans essoufflement. De la belle ouvrage.
Wolf arrive à merveille à transcender une intrigue qui pourrait paraître celle cent fois rebattue du cinglé qui se sent investi d’une mission divine, en donnant une humanité chaleureuse à chacun de ses personnages, principaux comme secondaires.
Piranha continue à explorer la littérature allemande contemporaine, versant polar. Et qu’ils en soient remerciés. On avait failli croire que chez nos voisins teutons le noir avait la tête déconfite de Derick.
présentation du roman sur leur site

Partager cet article

Repost 0