Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Amis abonnés, voici la rentrée et donc la reprise des chroniques. Beaucoup de lectures cet été, et parmi elles, beaucoup dont je ne vous dirai rien par bonté d'âme. Il reste les très bons romans, par exemple Holmas, exceptionnel Le Condor chez Gallmeister, et puis maints autres qui sans être ab-so-lument enthousiasmants, selon les goûts, peuvent donner un peu de bon temps.
Alors c'est parti, avec un thriller assez léger mais bien pensé.

To read or not to read...

Tout n’est pas perdu
Wendy Walke
r traduite par Fabrice Pointeau
Sonatine éditions 2016

La jeune Jenny quitte une fête adolescente un peu alcoolisée. Quelques heures plus tard, elle est retrouvée dans les bois, horriblement violentée. Dans sa petite ville paisible et plutôt cancanière du Connecticut, c’est un drame total. Le violeur s’est évanoui dans la nature. Qui est-il ? Pour tous, c’est forcément un étranger, un inconnu venu d’ailleurs. Jenny, elle, n’en sait rien. A son arrivée à l’hôpital, elle a reçu un traitement destiné à lui faire oublier totalement le traumatisme subi.
Le narrateur du roman est son psy. Il va tenter, pris dans un faisceau de contraintes contradictoires, de permettre à Jenny de retrouver sa mémoire.
Les uns le souhaitent, dont certains de ses proches et la police, d’autres non, pas toujours pour de mauvaises rasions mais…
Le roman est d’une facture américaine classique, fera un bon thriller (il parait qu’un film va être tourné), mais il est surtout l’occasion de s’interroger sur les risques de transformer les victimes de traumatismes divers en aimable zombie. Le traitement qui sert de base à l’intrigue n’existe pas… encore. Mais pourrait exister bientôt, l’armée américaine s’en préoccupant beaucoup dans la vraie vie. Et ça, ça fait peur.
Bref, une lecture qui n’est pas tout à fait sans intérêt, en plus d’être un moment de tension bien ficelée.

Tag(s) : #critiques

Partager cet article

Repost 0