Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les Petits Choses

Une Petite Chose Sans Importance (sous titré Chroniques Lunaires d’un Garçon Bizarre)
Catherine Fradier
Au Diable Vauvert 2016

Sacha compte. Et recompte. Se préoccupe beaucoup des dimensions chiffrées des événements de son existence. Pour lui les chiffres représentent un univers sécurisant doté de couleurs et de reliefs, de merveilleux paysages rassurant. Car dans sa vie tout est effrayant. En particulier les gens, dont il a du mal à comprendre les motivations, si éloignées des siennes. Sacha, quatorze ans, fils du docteur Sourieau, jeune femme médecin œuvrant pour une organisation humanitaire, est atteint d’un syndrome d’Asperger. La mission de sa mère les menant en Afrique, on comprend que cela lui complique singulièrement la vie. Aussi passe-t-il beaucoup de temps réfugié sous sa tente Quechua, elle-même installée dans la maison de toile qui les abrite, sa mère et lui, au sein d’un camp particulier. Dans cette unité, on reçoit des kadogos, des petites choses sans importance en dialecte du Kivu (Congo). Des enfants soldats ramenés par l’ONU au docteur Sourieau qui doit tenter de leur rendre une vraie enfance.
Pour Innocent, quinze ans, cela veut dire effacer le souvenir des morts et des tortures. Pour Destinée, les viols et les coups. Masi ce que se refuse d’oublier cette gamine de quinze ans, c’est le bébé que lui a fait le combattant au service duquel elle avait été jetée. Jetée en pâture faudrait-il dire.
Pour la première fois de sa vie, Sacha entre en interaction affective avec des jeunes de son âge, avec Destinée surtout. Cela le trouble, car il ignore ce que cela signifie. Cela va le conduire loin, loin du camp, loin, jusque dans la folie violente des guerres civiles de l’Afrique, lui si peu fait pour affronter l’hostilité du monde.

Dans ce roman pour adolescents, Catherine Fradier affronte avec une grande délicatesse les viols, les morts, la violence et la guerre. Pas d’impasse sur la réalité. Celle-ci nous est contée par un jeune narrateur dont le regard donne une dimension particulière, faite d’interrogation et d’incompréhension. Le texte toutefois est teinté de beaucoup d’humour salutaire. Enfin, l’intelligence du jeune Sacha est grande et les questions qu’il se pose mettent une distance qui protègerait, si nécessaire, le jeune lecteur.

C’est un beau roman un peu effrayant mais plein d’humanité, avec une tension importante autour de la question du sauvetage du bébé de Destinée et de Sacha. L’écriture simple ne fait pas de concession aux jeunes lecteurs. La qualité du texte, la gravité du sujet, ses liens avec l’actualité lui réservent, j’espère, une place obligatoire dans tous les collèges de France.

Tag(s) : #critiques

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :