Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Lady, lady, lay

Lagos Lady
Leye Aden
le traduit par David Faukemberg
Métailie noire 2016

Prenez une très jolie femme, noire d’ébène, pas farouche, sachant parfaitement compter. Posez la dans le bar d’un hôtel de luxe à Lagos. Vous avez peu de chance de vous tromper : c’est une prostituée. Sinon… peut-être est-elle maquerelle ou, a contrario, responsable d’une association défendant les filles ? Prenez un journaliste anglais dans la débine, se prétendant envoyé spécial de la BBC, mettez le seul dans la rue, en pleine nuit, dans un quartier louche même de jour, pas d’hésitation, c’est un idiot. Prévenu par tout le monde, il brave le bon sens élémentaire, et se trouve mêlé à un meurtre sordide.
Ajoutez une ambiance politique tendue, veille d’élections. Saupoudrez des délires d’un petit groupe de braqueurs maladroits et pas très malins mais violents. Vous obtenez Lagos Lady.

On lit trop peu de roman, policier ou pas, se déroulant en Afrique. Aussi ne faut-il pas se passer de celui-ci qui décrit à merveille la moiteur de la nuit, les arnaques et les combines. La langue fleurie est un anglais nigérian traduit qui n’offre peut-être pas les mêmes bonheurs qu’un Janis Otsiemi (Les Voleurs de Sexe, Le Chasseur de Lucioles… aux éditions Jigal) mais elle est savoureuse tout de même.
Maintenant, vous dire que ce roman est un encouragement à prendre un billet pour Lagos… ce serait mentir.
Lire restant sans danger (quoique ?), ne vous refusez pas cette bouffée d’exotisme sans concession.

Tag(s) : #critiques

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :