Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Viva la Madness
J.J. Connol
ly traduit par Fabrice Pointeau
Sonatine Editions 2016


Comment vous dire ? Viva la Madness arriverait à faire paraitre insipide Fast and Furious. N’importe quel thriller dégoulinant d’hémoglobine, dont les pages regorgeraient de seria killerniaiseries ordinaires serait pâlot en comparaison. Même ceux qu’on trouve en tête de gondole et qui font vivre l’édition. Raison pour laquelle j’arrête d’en dire du mal tout de suite !
Viva la Madness, donc. Prenez un truand londonien, non pas repenti mais rangé des voitures, suant la morosité sous le soleil jamaïquain. Directeur d’un hôtel, il s’ennuie copieusement, au point de rêver des brumes et des pluies natales. X, donc, puisque c’est son nom, ou plutôt son absence de nom, fait donc presque bon accueil à un collègue, psychopathe, organisant à son propre bénéfice un dépôt de valise de cash.
Vous raconter, ne serait-ce qu’a minima, l’avalanche de coups durs et – ou tordus, les faux enterrements, les murs de placo cachant des fusils d’assaut, les tirs nourris dans les rues de Londres, les conférences mafieuses et les soucis de pressing du héros… Je ne m’y risquerai pas.
Ça ne se prend pas, jamais, au sérieux. C’est vif, rythmé, souvent mal embouché (ah, des fuck… il y en a à toutes les sauces). On meurt, mais ce sont des morts de théâtre. Les méchants sont moches et bêtes. A vrai dire, X excepté, tout le monde est bête et moche. On sait, naturellement, qu’on le retrouvera bien portant à la fin du roman, mais ses tribulations ne nous auront pas laissé un instant de repos.

On pourra lire avec bénéfice le premier volume des aventures de X chez 10/18. Par ailleurs, une série et un film semblent en projet. Sauront-ils être aussi réjouissants ? À voir… à suivre en tout cas.

Tag(s) : #critiques

Partager cet article

Repost 0