Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Peur et froid : frissons

Le Lac
Yvana Wagne
r traduite par Raphaëlle Pache
Mirobole éditions 2016

L’hiver, total, implacable, contre lequel il est à la fois vain et indispensable de se défendre, règne en maitre sur un lac isolé et la forêt tout autour. Un petit groupe disparate, lié par l’amitié, le sang, ou une certaine idée de l’obligation, se terre, entassé dans une misérable cabane de pêche faite pour l’été. Survivre. C’est à ça que se limitent leurs objectifs. Les contacts avec un autre groupe au-delà de la glace, sur l’autre rive, sont marqués par une intense peur réciproque. Le virus qui a tué une grande partie de la population de la Russie, la plongeant dans le chaos, va-t-il encore frapper ? Dans quelle toux, quelle fièvre se cache-t-il ?
La peur peut toutefois se déplacer, comme quand apparaissent des hommes armés qui ne craignent pas de s’installer dans des maisons visiblement contaminées. Que faire entrer dans les trocs qui permettent aux groupes de survivre ? Jusqu’où aller ? Les femmes font-elles parties des ressources locales au même titre que les vivres ? Le malaise est intense, les doutes, les peurs, et l’obligation de se dépasser pour échapper à la folie née de la peur rampante imprègne un quotidien pesant marqué par la recherche obsessionnelle de nourriture.
Autant avouer tout de suite deux choses : ma fascination pour la littérature post-apocalyptique, dont l’indépassable The Road de Cormac McCarthy et ma grande méfiance pour ses déclinaisons, la médiocrité rodant aux lisières du genre.
Aussi est-ce avec surprise mais un grand plaisir que je me suis laissée embarquer par Yvana Wagner. J’ai même conçu le regret de ne pas avoir lu Vogonzero, roman qui mettait en scène les personnages du Lac dans leur cheminement vers la cabane. A noter que l’on peut lire Le Lac de façon tout à fait indépendante.
L’étude des relations, des variations sans fin de la nature humaine, la description de la cruauté de l’hiver, de la nature comme des hommes, de la peur, font de ce roman une très belle réussite. Refroidissante…

Tag(s) : #critiques

Partager cet article

Repost 0