Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La couv ne fait pas le livre !

Méthode 15.33
Shannon Ki
rk traduite par Laurent Barucq
Denoël 2016 – Sueurs Froides

On me pardonnera ce propos liminaire : quelle mouche a donc piqué Denoël pour qu’ils abandonnent la charte graphique gris métallisé ton sur ton de la collection qui a édité Sandrine Collette, pour ne citer qu’elle, au profit d’une association noir – rouge – argenté tapageuse et de mauvais goût ? Hmm ? Aveu franc marketing ? Cette nouvelle présentation met le doigt sur le moteur des ventes de livres de ce début 2016. Du thriller en veux-tu en voilà…
Toutefois, il arrive que des affiches de film ou des couvertures de livre vous induisent totalement en erreur, voire même, jouent à tort les repoussoirs. Ce livre, que j’avais laissé stagner dans ma pile à lire, n’en a atteint le dessus qu’à la faveur d’un chambardement vacancier. Et pour ma plus grande surprise, je me suis trouvée résolument charmée par le contraste entre son apparence tape à l’œil et la solidité du contenu.
Thriller, certes, le suspens étant l’argument principal. Enlèvement et séquestration de très jeunes filles enceintes afin de leur piquer leur bébé destinés à la vente. Bien sur, les méchants sont un peu caricaturaux, bêtes, et très très vilains, avec la césarienne sauvage (sans anesthésie, vous pensez bien) figurant au nombre de leurs pratiques. C’est du côté des victimes que cela devient intéressant.
Forcément, comme c’est un thriller, je ne puis déflorer la chute, ce serait malhonnête vis-à-vis de mes charmants lecteurs.
Mais sachez le tout de même, une pathologie relationnelle peut s’avérer un sacré atout pour réveiller une fiction un poil plan-plan (FBI, tout ça) et représenter un ressort non conventionnel, qui bien traité, introduit un peps intrigant chez le personnage.
L’héroïne arrive à faire sourire de son handicap, qu’on lui envierait presque. Le flic est juste ce qu’il faut plus malin que le méchant, mais moins que la victime. L’auteur tire habilement le tapis sous le pied du lecteur qui d’un coup découvre, que mince, on ne parle plus de la même personne ?
Certes, l’intrigue ne restera pas inoubliable, mais le souvenir de la lecture aura perduré assez pour s’intéresser aux prochaines sorties de l’auteur dont c’est ici la première traduction française.

Tag(s) : #critiques

Partager cet article

Repost 0