Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Décidement thriller ?

Vengeances
Bernhard Aichn
er traduit par Céline Maurice
Editions l’Archipel 2016

S’appeler Brunhilde, en soi, on comprend que ça puisse être un calvaire. Moins toutefois que d’être élevée comme un animal domestique par des parents adoptifs froids. Ces deux-là ne se sont résolus à lui donner leur nom que parce qu’il fallait absolument faire vivre l’entreprise familiale de pompes funèbres. Brunhilde arrivée à l’âge adulte décide donc de se faire appeler Blum, de son nom de famille, et n’a pas beaucoup d’affect, en tout cas aucun vis-à-vis de ses parents. La preuve : le roman commence par leur assassinat…
Blum, donc, va néanmoins se révéler une épouse aimante, une mère dévouée et attentive tout en développant l’entreprise si opportunément héritée. Elle fonde enfin une petite et douce famille. Hélas, son flic de mari et motard passionné finit mal, sous les roues d’un 4x4 qui s’enfuit.
La trame romanesque ne présente pas une folle originalité en soi : une épouse détruite par la perte de l’homme aimé se jette à corps perdu dans une quête qui ne le lui rendra pas mais éliminera du paysage un certain nombre de nuisibles.
Séquestration de malheureux migrants, tortures, perversité, on a les ingrédients du thriller habituel. Certes, mais s’y trouve un petit quelque chose de plus, rarement présent dans ce genre de structure romanesque. Des personnages complexes, attachants, auxquels, malgré leur dureté, il est possible de s’identifier.
L’ambiance est celle, provinciale, d’une petite ville allemande sans originalité et il est amusant de voir s’y installer ce monde complexe et imprévisible.
Il y a de la gravité, de la tendresse, de la rage et de l’amour dans une aventure bien menée dont les rebondissements sont menés de main de maitre. Alors, pourquoi ne pas se laisser tenter par ces « vengeances » ?

Tag(s) : #critiques

Partager cet article

Repost 0