Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Roman pile poil de saison

Un Temps de Chien
Pascal Jahou
el
Editions Lajouanie 2015

Je ne vais pas faire semblant de découvrir Pascal Jahouel.
Autant le dire, c’est un ami, précédemment édité chez Krakoen. Et alors ? Si je trouvais ce roman mauvais, je garderai un silence pudique à son propos.
Mais ouvrir un tome nouveau des aventures de BHL, exactement nommé Bertrand Hilaire Lejeune, flic acariâtre de son état, c’est la promesse de sourire, de s’esclaffer, voire de râler. De s’arrêter parfois tant la déferlante de langage est intense.
Pour preuve, les premières lignes de Temps de Chien.
« Les dindes fourrées sacralisant l’avènement du « fils de » suivies des cotillons et des poutous baveux qui, eux, avalisent l’an neuf, s’en sont allés. Bonjour les flips post bringue, les bourses molles et les soldes d’hiver. »

Voilà, le ton est donné. Il aurait pu écrire qu’on était le 2 janvier. Mais non. Pour notre plus grand bonheur bousculé, on va swinguer, danser, se laisser bousculer, décoiffer… bref, ça barde pour les neurones.
Donc, BHL, déprime sec. Tout ce que son boss, dont l’alcoolisme chronique frôle des sommets, a trouvé pour lui, c’est une affaire de vols de sacs de vieilles dans les rues froides de la bonne ville de Rouen. Pour s’arracher à cette peu palpitante tâche et emmerder son monde, son principal et peut-être seul bonheur dans la vie, le flic envoyé constater un décès va déclarer celui-ci suspect. Il n’aurait peut être pas dû.
Et puis les choses s’accélèrent, BHL pleure dans la voiture de son collègue, fait des câlins aux prévenus, sert de chauffeur au commissaire, court après les toutous…
Chez Jahouel, tout est possible.
Il y a de l’Audiard chez cet homme-là dans l’absurde des dialogues. De l’amertume, de l’inventivité, du rythme, et finalement une grosse tendresse bien cachée pour les gens.
Les trois précédentes aventures de BHL, dans lesquels le personnage est dans doute plus teigneux et moins sombre, mériteraient d’être rééditées d’urgence.
j'adopte ce BHL comme le nouveau San-Antonio, plus popu mais privé de Berurier.

Tag(s) : #critiques

Partager cet article

Repost 0