Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Noir Afghan

La Quête de Wynne
Aaaron Gw
yn traduit par François Happe
Gallmeister


Gallmeister nous a habitué à des découvertes inoubliables. Ici, entre Apocalypse Now et L’homme qui murmurait à l’oreille des chevaux, on suit un sergent de l’armée américaine, engagé appartenant aux troupes d’élite des Rangers. Selon Wynne, son lieutenant, survivant mythique et fou patenté, les membres de ces groupes d’exception sont tous des « enfants de l’adversité ». Leurs malheurs les ont définitivement rendus différents même s’il n’y parait rien.
Le lieu : on n’est ni au Vietnam, ni dans le Wyoming. Mais en Afghanistan, dans les montagnes, sous le feu des roquettes des talibans. Pour poursuivre une mystérieuse mission, le lieutenant Wynne recrute Russel, né, élevé dans un ranch, pour qui les chevaux ont toujours tenu lieu de famille et d’amis. À ce sergent particulier, Wynne confie un troupeau de chevaux à dresser comme montures de combat. Et une unité de soldats, dont il doit faire des cavaliers.

On trouve dans ce roman une série de scènes inoubliables de dressage de chevaux. Amusez-vous à remplacer un cheval par un individu, les situations décrites s’appliquent parfaitement au genre humain.

Solidarité et amitié virile, vous détestez, car vous avez la fibre antimilitariste, vous fuyez les films et livres de guerre, les armes, les ordres et les godillots. OK, moi aussi. Mais douleur et solitude, odeur de crottin et tarentules galopant dans la poussière, lumière sur les sommets enneigés, chevaux rétifs se laissant approcher... Je prends, et je ne regrette qu’une chose : le moment où j’ai fermé ce roman.

L’écriture de Gwyn (presque homonyme du lieutenant fou du roman : un hasard ?) ne fait pas dans la dentelle. Sans fioritures alambiquées, on est dans le factuel, et cependant rien ne manque des désarrois, interrogations, douleurs morales et affectives.

Un beau, un grand roman d’aventures, certes, mais d’aventure humaine surtout. Indiscutablement noir.

Tag(s) : #critiques

Partager cet article

Repost 0