Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Estaque - Indochine...

Les vrais durs meurent aussi
Maurice Gouir
an
Jigal Polar poche 2015


Les vrais durs sentent le sable chaud. Ils sont légionnaires. Ils viennent de Russie, d’Allemagne, on ne les interroge pas trop sur leur passé. Ils ont fait l’Indochine et l’Algérie. Ils ont tué, tortué et violé, et tout ça, sous le drapeau français qui leur pardonne tout s’ils gagnent. Quand ils sont vaincus, on tache de l’oublier.

D’Indochine, ils ont souvent ramené femme et enfants avant de repartir pour l’Algérie. Certains en sont revenus, d’autres pas. Et il y a ceux qui ont laissé croupir les familles asiatiques dans les camps français où elles ont été parquées.
Clovis, le journaliste freelance, héros récurrent de Maurice Gouiran, découvre tout ça petit à petit, s’en émeut, et il y a de quoi.

Car les vrais durs meurent aussi. Et pas nécessairement de vieillesse. Les voilà qui tombent comme des mouches, le sourire kabyle aux lèvres.
C’est en s’intéressant à ces disparitions brutales que Clovis, aidé d’Alexandra venue en villégiature à sa bergerie, va découvrir qu’il n’y a pas de fin aux conséquences des conflits et que tout se tient : l’or des nazis, le camp de Sainte-Livrade, la torture dans les Aurès, la mort d’un habitué de son bistrot préféré.
Un roman qui ne renonce pas pour autant à la bonhomie, aux plaisirs de la table et de la chair, et à la beauté des flots de l’Estaque. Et la langue provençale, les poivrots et leurs exagérations persistent, on entend l’accent entre les lignes.

Du pur Gouiran, dont les rappels historiques sous forme d’aventures savent rappeler qu’il ne faut rien ignorer du passé pour tenter de préserver un avenir. Puissent nos politiques le lire !

Tag(s) : #critiques

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :