Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Vertige assuré

Fleur vénéneuse
Joyce Carol Oat
es alias Rosamond Smith
Archi poche 2014 - Belfond 2000 (sous le titre de Double Délice)


Tout commence avec un procès. Une jeune femme vient réclamer justice contre un amoureux éconduit qui l’aurait tabassée. Ava-Rose est fantasque, belle à sa manière bohème. La jeune femme, affligée d’une invraisemblable famille décomposée et recomposée de branquignoles impossibles, a tout pour faire tourner la tête de Terence Greene, juré contre son gré. Quadragénaire coincé dans une vie rangée de directeur financier de fondation, Terence, par ailleurs marié, jolie famille, belle maison de banlieue américaine upper class, femme insatisfaite… s’ ennuie à mourir. Le pire étant sans doute qu’il ne le savait pas avant de rencontrer Ava-Rose.
Le lecteur suit les mésaventures, les bonheurs, malheurs, souffrance de jalousie incluses, du pauvre Terrence, par la grâce d’un récit narratif exceptionnel. Si fin, si bien vu, qu’on dirait une narration directe, un discours intérieur. Le lecteur en arrive à se trouver intelligent, voyant avant Terrence ce qui va lui arriver, assistant impuissant à ce qui s’apparente à une déchéance. Terence fonce, avec des révoltes, des sursauts, de délicieuses redditions, et l’on a bien l’impression que c’est tête baissée vers l’enfer.
Toutefois, il arrive que les pires perdants soient dotés d’une incroyable force de résistance.

Il y a du Patricia Highsmith (et c’est pour moi un grand compliment) dans ce roman déjà ancien. On assiste ici à la déchéance annoncée d’un personnage sans aspérité, préservé par une vie apparemment facile et sans histoire. Mais, à la différence de la grande maîtresse du suspens psychologique, il reste à la fin un soupçon d’espoir, un tout petit, qui laisse supposer qu’il y avait bien plus dans les personnages que ce que l’auteur nous a précédemment révélé. Et si c’était l’écriture qui nous avait trompé tout du long ?
Tout lecteur se croyant heureux devrait éviter ce roman qui révèle combien les apparences sont trompeuses, collant le vertige par le nombre invraisemblable de possibles couches d’illusions.

Tag(s) : #critiques

Partager cet article

Repost 0