Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Toute richesse n'est pas bonne à garder

Les morts renaîtront un jour
Christoph Ernst
Piranha édition 2015


Käthe vit à New-York. Juive, rescapée de l’holocauste, elle est un jour invitée par le Sénat allemand à visiter les lieux de disparition de sa famille, remettre ses pas dans les leurs, redécouvrir ce qu’elle n’a connu qu’enfant avant de devoir fuir.
La vieille femme va plus loin, enquête et prépare la réclamation des biens spoliés à sa famille par un dignitaire nazi. C’est la raison pour laquelle sa nièce Maja ne croit pas à son suicide, lorsqu’on lui annonce que sa grand-tante s’est jetée du haut d’un pont, au-dessus des voies qui furent celles qui emmenaient les Juifs en déportation.
L’intrigue de ce roman historico policier ne se limite pas à l’enquête sur la mort de la tante. La problématique englobe aussi les difficultés de la réunification. Si les Juifs, aujourd’hui, doivent supporter que certains tortionnaires acteurs du génocide n’aient jamais été punis, les politiques poursuivis par la Stasi doivent supporter, eux, que les délateurs et les espions vivent sous leurs yeux sans souci, avec des pensions qui les mettent, chichement certes, mais quand même, à l’abri du besoin.
Maja va apprendre rudement à faire des choix, à ne pas se fier aux gens, à décrypter anciennes fidélité et surtout à comprendre comment on peut devenir délateur.

Un roman riche, complexe mais humain, qui remet des éléments connus dans une perspective combinée assez inédite.
J’avoue tout net, je ne connaissais pas les Éditions Piranha née l’an dernier. Bien m’a pris de faire preuve d’un peu de curiosité. L’expérience est concluante.

Tag(s) : #critiques

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :