Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sans chinoiser... du bon noir !

Le Chinois
Henning Mankel
l traduit par Remi Cassaigne
Seuil Policiers 2011 et 2013

C’est l’hiver. Dans le petit village d’Hesjövallen, au nord de la Suède, les cheminées ne fumeront plus dans un paysage de carte postale. Sur les vingt-deux habitants, dix-neuf, tous parents à des degrés divers, ont été assassinés la même nuit. Hormis l’horrible boucherie, aucune trace si ce n’est un petit ruban rouge.

Birgitta Roslin, juge en congé maladie, s’émeut de cette tuerie : n’y a-t-il pas quelques liens lointains avec le village de la famille adoptive de sa mère ? Sa curiosité l’entraîne, d’abord jusqu’au lieu des crimes,puis beaucoup plus loin, jusqu’en Chine.

Mais il en est de l’histoire des citoyens comme de celle des pays. Le passé est souvent déterminant dans le présent. Ici, on va remonter jusqu’au XIXème siècle, jusqu’à la construction des voies de chemin de fer Est-Ouest aux États-Unis, et aux tentatives de christianisation de la Chine. On ira aussi jusqu’en Afrique où naissent aujourd’hui de nouveaux empires coloniaux.

Son roman a beau traverser un siècle et demi et quasi tout le globe, Mankell ne perd jamais de vue que le cœur des événements se situe dans la poitrine de ses personnages. L’intrigue s’appuie beaucoup sur les souvenirs de jeunesse de la juge Birgitta qui a brandi le petit livre rouge dans sa jeunesse estudiantine. Arrivée à la cinquantaine, elle s’interroge. Qu’a-t-elle fait de sa vie ?

« Le Chinois » est bâti en larges parties qui permettent de saisir tous les points de vue, sans lourdeur, sans démonstration,mais avec une finesse qui rend le cours d’histoire politique sensible et efficace.
Pas d’obscurité volontaire, de suspens artificiel. Seul le fanatisme du « Chinois » peut prêter le flanc à la critique. Mais quelle folie peut être mesurée ?

Ce roman, d’où Wallander est absent, est une vraie belle réussite, une lecture à la fois passionnante par son mystère, instructive par la réflexion qu’elle draine et infiniment bien sentie dans ses personnages.

Tag(s) : #critiques

Partager cet article

Repost 0