Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Des clarks taille 45

Piste Noire
Antonio Manzi
ni
Denoël 2015


Ah, Monsieur Manzini, merci ! C’est ce que j’ai pensé, du fond du cœur, alors que ronronnaient la banalité des informations quotidiennes. Moi, réfugiée dans ma lecture, je grelottais, je rigolais, je compatissais, bref, j’étais loin, très loin, des tristes et autosatisfaites soirées télévisuelles.

Le sous-préfet Rocco Schiavone (ne pas l’appeler commissaire, ça l’énerve, ça n’existe plus !) est un condensé extrêmement réussi de tous les commissaires de fiction connus. Il a la main leste comme Workan, le commissaire fétiche de Hugo Buan. Il a un grand respect pour la nourriture, comme Montalbano, de Camilleri et déteste ses subordonnés idiots. Il n’aime pas sa hiérarchie (comme à peu près tous ceux que j’ai lus) et déteste sa mutation.
« On » lui a fait quitter Rome pour la vallée d’Aoste. Mille cinq cents mètres d’altitude au mois de février : il lui faut abandonner ses « clarks » (vous savez, ces mocassins à lacets en peau des soixante-huitards ?) et acheter des gants.
Ce commissaire-là, s’il n’est pas toujours très « honnête », n’est cependant pas pour autant un ripoux. Il vole les voleurs. Pas très moral, mais… cela n’empêche en rien un talent de déduction exceptionnel.
Et puis cet homme sait ce qu’est la mort, et en avançant dans le roman, on ne peut que compatir… Sans rien dévoiler, son lit est bien froid, et l’on comprend qu’il aille se rechauffer parfois dans les bras d’une jolie quarantenaire qui a la patience de supporter son sale caractère.
Schiavone sent le personnage récurrent, et pour moi, c’est trois fois « oui ». Pour l’Italie, pour l’ambiance, pour le personnage,même si le roman repose sur trois fois rien, comme on le découvre dans les dernières pages qui transforment un enterrement en grand théâtre de l’absurde. Mais, quand on se tient au niveau de l’humain, comme le fait fort bien Manzini, n’est-ce pas toujours le cas ?

Tag(s) : #critiques

Partager cet article

Repost 0