Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Berger sans chien

Vengeance Impair et Passe
Jeffery Deav
er traduit par Jean Esch
Le Livre de Poche 2014

L’on retrouve dans ce roman l’agent Corte, officiant au sein d’une officine privée un peu particulière, spécialisée dans la protection des témoins. Un « berger ». Qui dit berger, dit moutons à garder. Ici, c’est toute une famille.
Grâce à une surveillance constante des grandes oreilles de l’état avec lequel il collabore, Corte a acquis la certitude qu’Henri Loving a décidé de s’emparer d’un ancien flic pour lui arracher un secret. Quel secret ? On n’en sait rien. Mais Loving est un spécialiste de l’extraction volontaire ou non des secrets les mieux tus. Pour cela, rien ne l’arrêtant, il s’empare de ce qui parait le plus cher à sa cible et en fait un moyen de pression. Meurtre, torture, rien ne l’arrête.
Corte va donc mettre à l’abri le père, la femme, la fille, la belle sœur. Et tenter, afin de devancer les manœuvres de Loving, de comprendre ce qu’eux-mêmes ignorent cacher. Car Kessler, le père, le dit : flic sur la touche, les affaires dont il s’occupe ne justifie en rien une pareille pression.
Alors quid ? La belle-mère ? elle dissimule d’intéressants secrets. La belle-sœur ? un peu fêlée, photographe, ses clichés sont-ils en question ? L’ado ?
Corte a une vieille dette de haine l’égard de Loving. Et il ne lâchera rien pour garder ses clients
Scènes d’action, suspens, personnages crédibles, tension constante : c’est de la belle ouvrage, une distraction américaine qu’on imagine parfaitement adaptable au cinéma sur le mode Jason Bourne réussissant à ne pas être trop formatée. Il n’empêche que la construction imparable de l’intrigue en fait une lecture tout à fait plaisante.

Tag(s) : #critiques

Partager cet article

Repost 0