Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

De l'art du bilan sauvage !

Parfois, surgit quasi miraculeusement un instant de grâce, même au moment le plus saugrenu.

Ainsi en fut-il il y a quelques jours, un vrai moment de ravissement, qui m’a bercée assez longtemps pour que ma journée en soit éclairée, et même la nuit, et bien des heures qui suivirent.

Je lisais, paisiblement, appuyée dans une pile d’oreillers, un horrible appareil respiratoire bruyant balançant au fonds de mes poumons désolés des nuages humides.

Non, je n’ai pas eu de révélation mystique, de vision de sainte en majesté. Les stigmates ne sont pas nés dans la paume de mes mains.

Je me suis vue… non pas élevée en lévitation, mais reliée à ce roman que je lisais par un fil subtil de sensations, d’images, d’émotions. Et j’ai pensé à tous les fils qui depuis cinquante ans me relient à tant de livres, fils qui ne sont pas effacés les années passant, mais constituent au contraire une toile, tout à la fois légère, chatoyante et très résistante, dont les couleurs embellissent ma vie.

Ce roman là, c'était Tony Hillerman. Un des quelques centaines de cette année. Un parmi les milliers de ces cinquante dernière années. Combien ? Qui le sait ? Même pas moi : quand on aime on ne compte pas. Et puis j'ai choisi mon camp il y a bien longtemps : dès que j'ai su lire. Ce n'est pas celui des chiffres.

Ainsi, c’est cela un bilan ? Peut-être. Mais quel bonheur que ce constat ! Et comme j’aimerais vous inviter nombreux dans ce monde merveilleux.

Lisez amis, lisez, tissez le manteau magique qui vous protégera des vilaines choses qui endeuillent le monde. Il vous rendra plus fort aussi, car la connaissance, le rêve, sont une arme sans pareille.

Ben voui, ce sont des vœux. Que vous souhaiter de mieux ?

Partager cet article

Repost 0