Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Ce soleil qui ne vous quitte plus

Le détroit du Loup
Olivier Tr
uc
Métailié Noir 2014

Olivier Turc a créé la surprise avec « Le Dernier Lapon » en 2013. En effet, Sandrine Collette (pour Des nœuds d’Acier) et lui se sont partagés à peu près tous les prix. Dans les deux cas, c’était un premier roman.
« Le détroit du Loup » reprend les personnages là où on les a laissés dans l’opus précédent. Nous sommes début avril. Les jours allongent à une vitesse stupéfiante. Les rennes entament leur transhumance. Un peu comme les saumons, c’est sur les terres d’été où elles sont nées que les femelles mettent bas. Les deux enquêteurs de la police des rennes, Nina, la jeune Norvégienne du Sud, et Klemet son collègue sami, ont fort à faire. Car si les rennes ont toujours occupé ces terres, suivis par leurs éleveurs nomades, ils doivent aujourd’hui affronter les villes en développement. Traverser les routes. Or, personne n’aime voir vadrouiller des rennes, quand affamés par l’hiver ils attaquent les jardinières de pensées ou bien divaguent dans les carrefours. Mais au-delà, les tensions sont fortes. Les pétroliers ont besoin de circulation de véhicules, de port, de stockage. Après la mère du Nord, c’est en mer de Barents que se font les nouveaux forages. Entre développement immobilier, industriel, tradition et vieilles rancœurs, le mélange est potentiellement dangereux.
Si l’on retrouve avec grand plaisir ce duo d’enquêteurs, si l’on découvre le milieu des plongeurs de grands fonds, travaillant à réparer les installations pétolières, cette nouvelle intrigue pêche un peu par son manque de limpidité. Parfois l’intérêt se dilue dans des intrigues secondaires, ou encore le portrait appuyé de certains personnages pas forcément indispensables.
La mort d’un jeune sami, des magouilles immobilières, la rapacité sans âme des représentants de compagnies pétrolières, et les vieux secrets d’autrefois… Les recherches sur ce qui aurait pu être un accident entraîne le lecteur dans les ramifications qui laissent loin la beauté immaculée de la neige et la poésie sauvage des troupeaux.
Néanmoins, Olivier Truc signe un second roman intéressant et attachant et l’on souhaite voir revenir son duo inattendu d’enquêteurs du grand Nord.


Tag(s) : #critiques

Partager cet article

Repost 0