Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Retour aux Sources

Trouver une Victime

Ross Macdonald
Éditions Gallmeister 2014

Revoili revoilou Lew Archer le privé de Macdonald, et son sourire étiré sur une cigarette dont la fumée lui cache l’œil. C’est une assurance de plaisir pour les lecteurs qui aiment le noir d’antan, celui qui a construit les bases sur lesquelles ont prospéré des écrivains aussi hors normes qu’Ellroy ou Eric Miles Williamson. Esquive, coup bas, jeu de jambes et absence de concession.
En chemin pour la grande ville, dans un trou paumé au milieu de nulle part, Lew Archer tombe sur un blessé qui va avoir le mauvais goût de mourir dans sa voiture (en salissant la banquette !). Ce ne sera pas le seul mort de cette histoire, qui réunit une bourgeoise amourachée d’un coureur de dot, un voyou qui a fait tourner la tête d’une gamine à la voix de jazz, un père incestueux, un shérif manifestement très stressé… Archer ne va pas résister à la tentation de venir au secours de la veuve, et de mettre un peu d’ordre dans cette ville ankylosée.
Malgré l’avalanche factuelle, Macdonald construit un monolithe aux bases solides, et son Lew Archer est tout d’une pièce, silencieux, tendu, aux aguets. On ne sait jamais ce qu’il pense, ce qu’il ressent, tout le travail de construction se faisant autour de micro-analyses qui définissent sa personnalité en négatif.
Cet opus est peut-être le plus emblématique du style « Lew Archer » que Gallmeister a eu la bonne idée de refaire traduire et de nous offrir dans une version qui souligne le talent de l’auteur. Un petit bijou noir qui ne peut que passionner le vrai connaisseur que n’intéressent pas les « seriolkilloseries » lourdingues et sans originalité. Il y en a quatre autres parus récemment qu’on peut sans honte installer dans sa bibliothèque. Du noir, du vrai.

Tag(s) : #critiques

Partager cet article

Repost 0