Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Faux People et vrais problèmes

L’Avocat, le Nain, et la Princesse Masquée
Paul Coli
ze
La Manufacture de Livres, 2014

Franchement quel titre ! Mais au moins l’éditeur annonce-t-il de suite la couleur. Sérieux s’abstenir.
Ceux qui ne connaissent de Paul Colize que ses deux derniers romans (chez le même éditeur) risquent fort d’être pris à contre-pied. « Back-Up », tout comme « Un long moment de silence » évoluaient dans un registre assez grave, sombre, même si le regard de Paul Colize est là pour alléger parfois. Par contre, ceux qui ont tout lu de Paul Colize depuis plusieurs années : ses romans chez Krakoen, ses nouvelles chez Ska (et d’autres) retrouveront bien son esprit caustique, surfant sur l’autodérision et le cynisme, rencontré notamment dans « Le Baiser de l’Ombre ».
Le héros, Hugues Tonnon, est avocat, spécialisé dans le divorce conflictuel, capitalisant donc quotidiennement sur la haine, la jalousie et la rancœur. Ça n’incite pas à l’humanisme…
Sans scrupule, cynique, coureur de jupon, facilement méprisant, quasi haineux, d’un égoïsme suprême, ce personnage très masculin n’est a priori pas très sympathique. Et pourtant, et c’est là qu’on peut mesurer le talent de Colize, le lecteur arrive à s’y attacher.
Pour faire court : un soir qu’il a abusé du Cognac, Tonnon couche avec une superbe jeune mannequin venue chercher aide et conseil auprès de lui. Déontologiquement peu défendable, Tonnon se retrouve qui plus est soupçonné lorsque la donzelle est retrouvée raide morte chez elle. N’ayant pas gardé de souvenir de la fin de soirée, Tonnon est bien embêté.
Ai-je tué ou pas ? Mais plus que l’interrogation métaphysique sur lui-même, c’est bien de la prison dont il a peur. Il va mettre en œuvre toute son énergie pour s’échapper de la nasse. Avec la particularité que chaque mouvement qu’il tente resserre le filet autour de lui.
Mannequin fiancée à un capitaine d’industrie, footballeurs qui se paient des filles, « préparateurs » physiques à la seringue lourde… L’actualité nourrit ce roman qui s’amuse de manière grinçante, mais finalement tendre quand même avec les apparences.

Donc, non, pas de révélations fracassantes, d’infos croustillantes. Tout le monde a bien compris, dès les premières pages, qui sont le nain et la princesse… mais on se tromperait si on faisait confiance à Colize, aussi retors que son personnage. Si les racines de cette fantaisie plongent dans l’actualité belge (tout le monde le sait, maintenant, que Colize est Belge, non ? ce n’est pas ça la surprise) et bien… Non, finalement, je ne spoilerai pas.
Une chose est certaine, vous allez sourire. Voire même rire. Toutefois, ce sera avec un peu de gêne : les travers de ce personnage si désagréable ne seraient-ils pas un peu les vôtres ?

Tag(s) : #critiques

Partager cet article

Repost 0