Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Du solide, sans serial killer ni flic alcoolo !

Un Corbeau au 36
Aurélie Benatt
ar
Les Nouveaux Auteurs, 2013

Beaucoup de personnages dans ce roman, et en particulier une vraie floppée de commissaires, commandants, lieutenants, capitaines : à vous donner le tournis. Le « 36 », sans doute en raison de son prochain déménagement, a excité les imaginations en 2013.
Aurélie Benattar campe tout à la fois la hiérarchie : la directrice de la PJ, des commissaires, chefs de groupe, mais aussi des hommes de terrain dans une structure narrative qui mêle plusieurs intrigues indépendantes, formant une toile de fond solide et documentée.
Un jeune commissaire découvre un étrange message inscrit au feutre indélébile sur son bureau. Un récit détaillé assez effroyable d’un viol ancien que dénonce une femme prête à tout pour obtenir sa vengeance. La multiplication des messages perturbe le « 36 ». Si c’est une policière qui veut se venger de son agresseur, celui-ci appartient-il aussi à leur rang ? La presse s’en mêle, et pour autant les affaires à élucider continuent à se succéder dans un Paris hivernal.
S’il y a parfois des sauts narratifs un peu hasardeux, des personnages aux caractéristiques un peu forcées, on sent une plume solide amoureuse des belles aventures bien ficelées.
Rien de renversant, pas d’originalité enthousiasmante à en perdre le sommeil, mais un roman honnête avec un suspens bien mené qu’on lit avec plaisir et qui occupe des heures agréables.
Ce roman est idéal pour les amateurs de « kilafé » et pour une fois, on n’a affaire ni à un serial killer ni à un flic alcoolique !

Tag(s) : #critiques

Partager cet article

Repost 0