Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Un talent sans nom

Psycho Killer
« Anonyme » traduit par Cindy Kapen
Sonatine éditions

Il n’est pas nécessaire d’avoir mauvais esprit pour se bidonner franchement à la lecture de « Psycho Killer ».
Prenez une petite ville américaine, au milieu de nulle part, cernée par les bois. Mettez-y un riche truand proxénète, qui, fortune faite dans les films porno et de série B, a acheté tous les commerces. Il est devenu le roi, régnant sans partage, en particulier sur la police locale. Roi, au point de changer le nom de la ville qui de « Sherwood County » est devenue « B Movie Hill »
Rajoutez un flic de section spéciale sur le retour, ruiné par l’alcool, une agent du FBI psychorigide, un défilé de prostituées au grand cœur… mettez le tout dans une centrifugeuse qui tourne de plus en plus vite avant d’atteindre le point d’éjection dans la stratosphère… Et j’allais oublier, cerise sur le gâteau, le tueur affublé d’un masque de Halloween.
Cette enfilade de poncifs clairement revendiqués arrive à créer un univers tout à la fois hilarant et trépidant, atteignant même parfois l‘émotion, et ce n’est pas le moindre exploit.
Les lecteurs du « Livre Sans nom » ne s’en étonneront sans doute pas. Mais le dévoiement assumé des clichés de la littérature et du cinéma dits « populaires » a ici quelque chose de jubilatoire, oscillant entre drame existentiel et grosse farce.
L’auteur est, risquons des analyses sémantiques pifométriques : un homme, américain. Ou une femme ? Quelqu’un doté d’esprit, d’un regard aigu sur la société. Et surtout, doté de beaucoup de talent !
Les adeptes des livres antérieurs de M. ou Mme « Anonyme » s’amuseront sans doute de mon enthousiasme de néophyte. Me voilà bien heureuse de rejoindre leur secte.

Partager cet article

Repost 0